Le plus dur c'est l'entre-deux

Publié le par ind'épendante

Le plus dur dans un voyage je le constate ça n'est pas de partir ou bien de revenir. C'est le petit temps de latence, les au revoir à tous vos proches et le décollage.

 

Cette période (qui pour moi équivaut à une semaine) est une période de vide. Où l'on n'a plus aucune raison de rester, mais où l'on n'est pas encore partie. Une période fourbe pendant laquelle vous avez trop le temps de réfléchir au fait que vous n'aviez pas envie de quitter certaines personnes, et de vous poser mille et une questions sur votre aventure à venir (Est ce que ça va vraiment être bien? Ne vais-je pas me lasser de mon job? Et si c'était vraiment un réseau de prostitution? ^.^)

 

Mais heureusement, pour ma dernière semaine, il y a Paris (et ma cousine) ce qui me permet de m'occuper pour ne plus penser. (Qui aurait cru que la ville Lumière que je déteste tant serait celle qui me mettrait du baume au coeur)

 

Entre deux visites dans le 10ème pour repérer et faire faire mon visa, je profite donc de mon séjour parisien pour redécouvrir la ville. Voici donc quelques dernières photos de notre belle France

 

P1050721  P1050758.JPG

 

Et pour finir l'Insolite du 15 Août

 

P1050742.JPG

 

Point culturel du jour: Il existe en psychologie quatre phases de l'expatriation qui ont été schématisé en une courbe en u par J.Stewart Black & Mark Mendenhall. Les quatre phases sont: la Lune de miel, le Choc culturel , la Phase de l’adaptation et la Phase de Maturité.

Publié dans Préparatifs

Commenter cet article