Le départ...

Publié le par ind'épendante

Après mon dernier jour à Paris, il faut se réveiller tôt ce matin pour se rendre à l’aéroport. Et bizarrement pas besoin de réveil, vu la chaleur qu’il fait en ce moment à Paris (est ce pour m’habituer à Mumbai ?) je m’éveille avant l’heure prévue, en ayant rêvé de déguster une glace avec mon chéri (surement la dernière que je déguste pour l’année!)

 

Ayant acheté la veille les tickets de métro pour le RER, mes parents et moi partons donc vers 7h dans le métro parisien à la recherche du RER B direction Roissy Charles de Gaulle terminal 2C. Aucun problème pour s’y retrouver, j’arrive à bon port vers 8h. Nous trouvons sans aucun problème les bornes pour retirer la carte d’embarquement que j’avais pré enregistrée sur internet la veille. Puis je me rends au guichet pour enregistrer ma valise. C’est là que les ennuis commencent.

 

Ma valise excède les 23kg autorisés! Je découvre donc qu’elle  pèse en réalité 30kg et par la même occasion que pour un excédent de 1 à 9 kg supplémentaires il m’en coutera 75€ (non payable en miles évidemment). Moi qui me disais que Marianne était folle d’enregistrer une deuxième valise de 23kg j’apprends également que pour le même prix (75€) j’aurai pu enregistrer un 2ème bagage de 23kg plutôt que d’avoir un excédent valise de 7kg. Si j’avais su j’aurais donc ramené plus de choses puisque je ne pouvais rien enlever de ce qu’il y avait (OUI le Nutella était INDISPENSABLE !)

 

Une fois ce contre temps financier passé (qui sera réglé sur le compte de mon cadeau de Noël) derniers au revoir à Papa/Maman, qui sont venus m’accompagner, autour d’un (dernier) croissant et d’un bon café pour ne pas être fatiguée.

 

Quelques larmes plus tard (pas les miennes !! ^.^) me voici seule face à mon destin ! Ou plutôt seule, dos à la sécurité qui m’accueille par une fouille au corps. Va savoir pourquoi, je n’ai réussi qu’une fois dans ma vie à ne pas biper à la porte de contrôle. Je dois peut être ignorer que j’ai une plaque de métal dans le corps. Mais ce n’est pas fini, une fois le contrôle effectué je m’apprête à récupérer mon bagage à main lorsque je le vois en marge du reste. Monsieur voudrait voir ce qu’il y a dedans. Et bien allons y : A votre droite le cadeau de ma maman (qu’il ne me demande même pas d’ouvrir alors qu’on ne voit pas ce qu’il y a à l’intérieur) à votre gauche mon guide de l’Inde du Sud, au milieu un livre de culture G pour les nuls. Le parfait petit kit de la terroriste en herbe :-). Voyant que je ne suis pas venue pour terroriser comme dirait Gad Elmaleh il me laisse partir.

 

Deuxième vexation : En plus d’être une fille dangereuse, je suis une petite fille dangereuse. Puisque à chaque échange avec un agent de l’aéroport (fouille, ouverture du sac, présentation du passeport, embarcation) on m’a demandée si j’étais accompagnée. NON je suis MAJEUUUURE, mince alors !!! :-)

 

Une fois toute la sécurité derrière moi je trouve ma porte et je n’ai plus qu’à attendre le vol. J’observe alors le nombre incroyable de femmes en Sari (qui le portent toutes différemment) qui attendent au même endroit, et je me dis que définitivement il faut que j’en porte cette année.

Une fois la porte ouverte, je crois pleine d’espoir arriver dans l’avion au bout du couloir, mais non c’est une ruse ! L’Escalier nous ramène vers le bas pour mieux nous faire monter dans un autocar qui nous fera visiter tout CDG avant d’arriver à l’avion.

 

Enfin, j’arrive à ma place 28A qui, comme je le craignais, est juste à coté de l’aile et du réacteur (je ne sais pas choisir ma place décidemment). J’y trouve un Indien, que je suis obligée de déranger puisque j’ai choisi le hublot. Il me pose gentiment mon bagage à main dans les rangements prévus. Je me plonge dans la lecture du magazine AirFrance ayant oublié que le Courrier international et autres journaux à l’entrée de la porte étaient gratuits. Pensant ne pas engager la conversation de sitôt avec mes deux voisins de rangée. Je suis agréablement surprise par le fait que celui se trouvant à côté de moi engage la conversation avant même le décollage. En consultant (sur le même magazine que moi) le plan de Paris, il me demande si je suis de la ville et si en décollant on pourrait voir la Tour Eiffel. Et voici comment la conversation s’engage.


Mon voisin qui se nomme Murali, est donc un Indien qui revient de Mexico city avec son collège de travail. Ils viennent de Chennai et y retournent donc après 2semaines au Mexique, en transitant par Mumbai. Evidemment je ne comprends pas tout ce qu’il dit, surtout au début (c’est dur de se remettre à l’anglais surtout de bon matin) mais on parle bien, voir on fait des blagues. Je lui demande par curiosité quelle langue il parle avec son ami : Le tamoul. Ce n’est pas d'une grande utilité pour moi puisque je vais plutôt apprendre l’hindi ou le marathi (dont ils ne parlent pas un mot ^^ ) mais j’essaye tout de même d’apprendre quelques mots (je me rappelle de Nanri qui veut dire merci et vaddakam qui veut dire bonne dans bonne nuit ou autre). Puisque nous discutons bien, je lui demande de m’écrire son nom sur mon ordinateur afin de pouvoir vous le retranscrire ici (pas bien compliqué en fait) et il en profite pour me donner son email : Un contact de plus !

 

Petit guide ludique pour ne pas s’ennuyer durant 9h de vol :

Prenez la compagnie AirFrance c’est fantastique, on peut demander à boire quand on veut, deux repas nous sont servis, il il y a des jeux, films etc et des petites pochettes avec des écouteurs et un masque pour dormir. Je suis une vraie gosse moi qui était habituée à Ryan Air.

Ouvrez le magazine AirFrance devant vous et rendez vous à la fin : Vous y trouvez le programme de tous les films disponibles et le résumé des nouveautés : je commence par A bord du Darjeeling limited pour me mettre dans le bain, mais je dois avouer avoir à moitié suivi le film, puis un peu avant l’arrivée je me plonge dans le dernier Woody Allen (Midnight in Paris), que j’ai bien aimé (surtout la Merveilleuse et très Elliptique performance de Carla Bruni ^^).

Explorer votre écran : Musique, informations, informations de vol, tout y est, même la caméra extérieure que j’ai découverte trop tard (de nuit) pour pouvoir en profiter

Faites des jeux : Casseur de cube, jeux d’arcades, de réflexion etc. Voire jouez avec votre voisin en mettant les questions de "Qui veut gagner des millions" en anglais. Vous allez voir vous serez aussi nuls l’un que l’autre si ce n’est pas votre langue natale, et vous chercherez désespérément laquelle des réponses A, B, C ou D correspond à la réponse en français que vous connaissez évidemment (ou parfois pas). Vous pouvez aussi utiliser le jeu qui permet d’apprendre une autre langue à partir de la votre. Une fois de plus pour un peu plus de convivialité faites le avec votre voisin comme ça vous apprenez chacun l’un de l’autre. (Si vous arrivez à retenir plus de dix minutes après la fin du jeu)

Mangez, buvez, bougez : ça aurait pu être une campagne de pub, mais il est vrai qu’il faut constamment s’hydrater dans un avion et aller régulièrement aux WC, ce qui permet au passage de faire une petite balade dans l’avion pour éviter d’avoir des crampes. Profitez également des 1 ou 2 repas selon votre vol offert par AirFrance. Evitez de choisir le repas « pays de destination » quand vous n’êtes pas très sur, car la bouffe ressemble (selon moi) aux fameux plats découverte du monde que l’on nous servait à la cantine. Même les indiens ne le finissent pas. Enfin, il faut bien manger alors je me force un peu entre l’entrée de légumes mélangée à du yaourt, le riz sur épicé et sec avec le dhal de lentille à la sauce chimique, et le dessert riz (trop collant) au safran et aux amandes. Heureusement il y a un yaourt et du thé ! Pour le repas froid avant l’atterrissage ça ne sera pas beaucoup mieux : Légumes en sauce froide et étrange et yummy : fromage/pain, puis compote.

Plus qu’une heure, mais c’est la plus longue : Remplissez le « survey form » de satisfaction sur votre écran, remplissez l’ « immigration form » que vous devrez remettre à votre arrivée, vérifiez 10fois sur l’écran l’heure qu’il est. Commencez à vous préparer psychologiquement. Priez pour que l’orage dans lequel vous êtes passés, au-dessus des montagnes pakistanaises ne vous ait pas suivit pour éclater au dessus de l’aéroport. Observez les lumières de la ville que vous êtes entrain de survoler. Voilà, vous y êtes !

Regarder grâce à la caméra extérieure l’atterrissage en direct comme si vous étiez le pilote. Personnellement la prochaine fois j’éteins l’écran.

 

(A faire mais que je n’ai pas fait : Profiter d’un vol non rempli pour pouvoir s’allonger squatter 3 sièges et s’allonger complètement, avec le coussin et la couverture distribués je suis sure que ça doit être génial !)

 

    Point culturel du jour : Si l’on rentre sur le territoire indien avec plus de 10,000 USD on doit le déclarer à notre arrivé. Tout comme les plantes, insectes etc.

Commenter cet article

jonathan 08/10/2011 21:11



Ahhhhhh AIR france, j'aime aussi, selon les
avions, il y a effectivement tout ce que tu dis, un vrai bonheur, même en classe eco, les vols long
courrier son extra !


Un petit truc pour profiter au maximum du confort: mettre les mousses orange avant de mettre les écouteurs,
ça marche très bien, réduction du bruit de l'avion assez fatigant et une bonne écoute des derniers films qui ne sont pas encore sortis en DVD !!

Quelle mémoire pour raconter tout ça !



Lylia 26/08/2011 17:29


Très sympa ton blog, et MERCI pour le guide contre l'ennui dans l'avion, je me demandais bien comment j'allais pouvoir m'occuper pendant les 9h qui m'attendent aussi !! Profite bien de ton année ;)