Un petit tour de taxi

Publié le par ind'épendante

 

Je vous ai fait un article sur le moyen de transport typiquement indien il y a quelques mois : Le rickshaw. Cependant désormais que j’habite dans le Sud de Mumbai je vois peu de rickshaws étant donné qu’ils sont interdits comme vous le savez. Il est donc temps de faire le point sur une autre de mes habitudes : Le taxi indien.

(Merci à Cyrille pour ses photos)


Ce moyen de transport, réservé aMG 3199ux plus riches dans les pays occidentaux, coûte plus cher qu’un rickshaw (pour une course minimum le tarif est de Rs16 contre Rs11 pour un rickshaw) mais reste abordable pour les classes m oyennes. Les taxis officiels sont jaune et noir (comme les rick) et il existe deux types de modèles, les plus vi eux sont des Premier Padmini (Fiat) et les plus récent sont des Maruti Alto, WagonR, Omni, Tata Indica, Santro et autre. Les 1ers sont toujours équipés de mètre comme ceux qui sont sur les rickshaws, les récents sont équipés de mètre électronique à affichage digital avec le prix directement affiché. Ça évite les fraudes mais faites tout de même attention à ce qu’il ne soit pas trafiqué. Il existe également d’autres compagnies de taxis qui sont privées et que l’on peut appeler par téléphone, ils ont par exemple la clim et la radio. (Je ne les prends personnellement jamais), ils doivent être il me semble un peu plus cher. Vous reconnaîtrez la compagnie la plus connue à ses voitures aux couleurs grises et bleues. Ne vous méprenez pas, ça n’est pas parce que ce sont des compagnies privées que les chauffeurs n’essayeront pas de vous arnaquer et de négocier les prix trop haut, cependant ils sont parfois reconnus comme plus sur (ce sont de vrais chauffeurs qui conduisent avec prudence, ah bon ça existe ?)

L’intérieur du taxi est très souvent customisé, avec malheureusement un mauvais gout criant : Fourrure léopard, zèbre, kitch au choix. La plupart affiche sur leur pare-brise arrière le nom des destinations préférés (ou bien le nom de leur dieu), et sur l’avant du capot vous trouverez bien souvent la divinité favorite du chauffeur qui va protéger votre course. Il arrive aussi très souvent (beaucoup plus que pour les rickshaw je trouve) de trouver des signes d’adhésion à des partis politiques.

Évidemment comme je prends le taxi tous les jours pour aller au travail j’ai eu l’occasion de parler avec eux, le plus souvent lorsqu’ils voulaient savoir de quel pays je venais. (D’ailleurs si un jour un taxi vous demande quelque chose en Hindi ça sera surement ça). La plupart du temps je m’en tiens aux bases de l’hindi pour lui indiquer les directions à prendre, mais j’ai pu avoir il y a quelques semaines une vraie conversation avec un chauffeur, ce qui vaut au moins la peine de vous la relater ici. Il parlait assez anglais et je parlais assez hindi pour pouvoir se comprendre, et ça fait plaisir. Il m’a évidemment posé les questions de base « D’où je viens, qu’est ce que je fais là » mais puisqu’il semblait comprendre correctement mes propos je me suis aventurée à en faire de même.MG 3257

Il habite à Virar, une ville périphérique de Mu mbai au Nord, ce qui n’est pas la porte à côté de Colaba (et qui veut dire qu’il avait bien gagné sa journée). Il était marié et avait deux enfants, une fille et un garçon de 3 et 5ans. Une jolie petite famille qui si elle n’était pas issue d’un mariage heureux (et oui je vous avais bien dit qu’il n’y avait pas que des mariages d’amour) devait quand même être nourrie. Je lui ai, avec un peu de gêne, demandé si je pouvais savoir combien un chauffeur de taxi gagnait par mois (depuis le temps que je voulais savoir !) et il m’a alors répondu « 10000 Roupies par mois en moyenne, ça dépend des jours et des mois » c'est-à-dire environ 150€. Il m’a évidemment signifié que ça n’était pas assez. Cependant je peux vous assurer que c’est un salaire bien au dessus des misérables salaires de la population des slums, et qu’un indien travaillant dans l’évènementiel gagne environ 16000 par mois pour un niveau d’études supérieur. Il m’a ensuite expliqué qu’il conduisait le taxi d’un autre chauffeur qui lui était propriétaire. C’est comme ça que certains chauffeurs se font plus d’argent en additionnant leur course et un pourcentage sur la course des autres chauffeurs. Il avait l’air plutôt blagueur et m’a fait comprendre qu’il avait des « copines » dans le monde entier (Maaisouibiensur !) et bien que notre charmante promenade jusqu’à chez moi fut fort agréable, ça ne l’a pas empêché d’essayer de m’arnaquer à la fin, «  No change ! ». C’est dommage, j’aurai presque cru que l’on s’entendrait bien jusqu’au bout.

Info culturelle du jour : Le mouvement contre les chauffeurs malhonnêtes prend de l’ampleur à Mumbai. Il s’est étendu aux taxis depuis quelques semaines, après tout ils ne doivent pas y échapper non plus. Une moyenne de 180 plaintes par jour est enregistrée en ce qui concerne la campagne « Whistle » (plainte par SMS) lancée par l’India Against Corruption ( Les causes principales d’insatisfaction des usagers sont : le refus de prendre le passager, le refus de mettre le mètre, les mètre trafiqués, Attitude offensante…

Publié dans Moyens de transport

Commenter cet article