Un Noël pas comme les autres

Publié le par ind'épendante

Pour ceux qui voulaient savoir comment j'avais passé mon Noël en Inde, article un peu plus léger que le précédent et ça fait du bien.

P1080976

 

Le moment le plus redouté de l’année était enfin arrivé, la période de Noël faisait enfin son approche. Elle est arrivée vite, insidieusement, car d’habitude les efforts du monde commercial pour vous rappeler à votre devoir de consommateur se charge de vous mettre dans l’ambiance.

Cette année, pas de magazine de jouet dans la boîte aux lettres début Novembre qui vous fait dire « Déjà ! Mais Noël c’est dans plus d’un mois », pas de rayonnage de jouets dans les supermarchés (il faudrait déjà qu’il existe des supermarchés pour ça) le 1er décembre pour vous rappeler que vous n’avez pas encore fait vos cadeaux et qu’il serait temps de s’y mettre ! « Noël c’est dans 25jours ! ». Pas non plus de chants de Noël dans les magasins ou dans les rues.

Mais ceux qui me connaissent bien savent que pour moi Noël représente tout sauf une fête commerciale bien que ce soit en partie ce qu’elle est devenue. Et si je n’ai pas commencée à être agitée comme une enfant de 10ans dès le 25Novembre, parce que je m’étais préparée à être déçue, et bien j’ai simplement eu la bonne surprise de découvrir, que l’esprit de Noël, celui que j’ai pour cette période de fête, s’est rappelé à moi une quinzaine de jour avant la date fatidique. C’était un jour de décembre, alors que ma colocataire avait tout fait pour préserver mon âme d’enfant lorsqu’elle avait appris que c’était ma fête favorite. Il faisait chaud, beaucoup trop chaud pour un mois de décembre. Tellement que je me croyais en juillet. Je me suis dirigée vers le frigo et comme si le froid qui en émanait venait directement de France… les cloches de Noël se sont mises à tinter dans ma tête.

J’ai ouvert une fenêtre du calendrier de l’avant qu’Elodie m’avait ramené de France, (oui ici le chocolat se doit d’être au frigo). Et puis jour après jour je suis sortie de ma torpeur. Noël c’est un moment de partage, alors je le partagerai avec mes nouveaux amis, ma nouvelle famille, et les indiens. Je me suis connectée à Facebook et j’ai commencé par récupérer les adresses postales de tout le monde. Parce que je n’étais pas la seule à passer Noël loin de France. Je suis allée acheter du papier dans la plus jolie papeterie que je connais à Mumbai (sur DN Road :  http://www.chimanlals.com/index.html) et j’ai pris ma plume pour envoyer mes vœux à tous ceux que je ne verrai pas le 25décembre.

Et comme pour m’appuyer dans ma démarche, l’esprit de Noël s’est mis en route chez les autres. Ma collègue Gayatri s’est transformée en « Christmas Aunty » à savoir Marraine Noël en organisant pour la 1ère fois un « secret santa » (un père Noël secret) comme pour me rappeler que ce qui compte ça n’est pas le cadeau mais le symbole. Tout le monde choisi donc son protégé et lui offrira un cadeau (sans lui dire que c’est lui) le 25 (ou plutôt le 2 janvier car ça a été reporté). Une bonne nouvelle ne venant jamais seul, mes amis qui partent au Sri Lanka organiseront également un Secret Santa là bas. Quinze jours avant le 25, l’excitation était donc bien là, un week-end entier sur Colaba Causeway plus tard, tous nos achats personnalisés sont fait (et quelques cadeaux à nous même au passage). On s’est bien embêté à savoir quoi offrir à chacun mais il était hors de question de faire un cadeau pour faire un cadeau. Le plus dur résultant de trouver un cadeau à ma coloc sans qu’elle me voit l’acheter. Tant qu’à y être j’achète également des bracelets et de l’encens pour mettre dans mes lettres. (Dommage que la poste française ne connaisse pas l’esprit de Noel et enlève les bangles des enveloppes).

Finalement, je me rends compte que mon Noël, je l’avais déjà un peu vécu à Diwali, repas de famille et feux d’artifices pour le nouvel an hindou, c’était ça mon mois de décembre-janvier. Et puis malgré tous les cadeaux, je n’ai pas de décorations, pas de sapins.

Ma mère a décoré le nouveau d’une manière horrible (désolée maman mais il était vraiment très moche ton sapin), comme pour me rappeler que je n’étais pas là pour le faire (pourtant c’est bien toi qui m’avait appris). Nous avons changé nos plans, nous n’irons pas à Ooty dans les montagnes au coin du feu mais à Goa au bord de l’eau. Je me résigne une semaine avant, le miracle de Noël n’aura pas lieu, il n’y aura pas de neige, il n’y aura pas de parfum d’orange dans les airs…

Vous pourriez dire qu’après tout je suis grande, et que la magie de Noël c’est pour les enfants, mais non. La magie c’est pour tout le monde, c’est pour les adultes qui invente un homme à barbe qui apporte des cadeaux pour voir leurs petites têtes blondes s’activer à lui préparer des cookies et du lait pour sa tournée de minuit. C’est pour ceux qui ne sont pas blasés en ouvrant leurs cadeaux et qui ne s’attendaient à rien d’autres qu’à ouvrir le papier et découvrir avec surprise ce qu’il y a dedans. C’est pour ceux qui finalement, après avoir abandonné même une semaine avant se laissent happé par un petit espoir qui leur revient…

J’avais du thé de Noël dans la cuisine, j’avais du chocolat noir (du vrai) plein le frigo, et le père Noël a frappé à ma porte en tenue originale, celle du facteur. Il apportait un colis pleins de nougats, de chocolat et de foie gras, ainsi qu’un sapin à coller sur les vitres, le tout emballé dans du vrai papier cadeau. Il n’en fallait pas plus pour que Noël commence vraiment. Un peu tardif comparé aux années précédentes mais aussi fort si ça n’est plus. Parce qu’il faut plus d’effort et d’inventivité pour recréer Noel en Inde. Et parce que c’est décidé, cette année Noël sera célébré à l’indienne, c'est-à-dire que comme tout festival, nous allons le faire durer plus longtemps que la date officielle.

C’est ainsi que nous avons fait une « pré nuit de Noël » avec foie gras et chant de Noël mais aussi premiers cadeaux, à en croire qu’il neigeait dehors. Puis mon travail m’a fait la surprise d’acheter un sapin de Noël, un des plus beaux que j’ai pu faire. Elodie et moi avions même une crèche. Et nous avons offert en avance les cadeaux de nos amis canadiens qui quittaient l’Inde. Et puisque Noël c’est aussi l’excitation des vacances, ça tombait bien, il était l’heure de mes premières vacances en 4mois : Direction GOA !

P1090214

Finalement la bonne idée c’était de partir de sa ville, comme ça, c’est comme si on était parti de la France pour aller passer Noel dans les îles, sauf que là on avait juste quitté Mumbai. Et puis finalement moi qui n’aime pas le froid, c’est beaucoup plus agréable de passer un 25décembre dans la mer. Et pour achever le tout, messe de minuit pour les uns, bœuf au vin rouge pour les autres, bouteille de vin française et échange de cadeaux, feux d’artifices sur la plage. L’air s’est radoucit, il fait même froid la nuit.

Noël je vous l’avais dit ça n’est qu’une question de magie. Si vous arrêtez de croire aux fées elles disparaissent. C’est nous qui faisons vivre le Noël que l’on veut avoir, sur n’importe quelle partie de la planète.

Publié dans Vie de tous les jours

Commenter cet article