Rencontre avec la vraie Inde : Le défi culinaire au cœur de Old Delhi

Publié le par ind'épendante

Si j’ai beaucoup plaisanté et ruminé après ma famille durant les articles précédents à propos de leur choix peu aventureux de restaurant en fonction du guide du routard je dois avouer que cette fois-ci, en plein milieu du Vieux Delhi, à deux pas de la mosquée et des petites rues pleines d’ordures et d’une faune peu agréable je me suis dit que le fameux guide serait utile pour déterminer où nous irions nous restaurer. Déjà, je constate qu’il y a peu de choix, et le commentaire nous prévient, la rue qui nous mènera au restaurant ressemble à un coupe gorge. Nous voila prévenues, mais bon, on fait confiance et on se lance.

IMGP6694

Il faut alors passer par la rue parallèle à la mosquée qui semble être la rue des bouchers. Ça ne nous donne vraiment pas envie de s’arrêter au restaurant qui est indiqué par le guide comme plus ou moins bon lorsqu’on voit trois étales plus loin la tête d’une chèvre sur le couperet, dégoulinant encore de sang. Moi ça m’a déjà coupé l’appétit, mais bon il faut continuer dans la rue perpendiculaire pour chercher le Karim. La rue n’est pas engageante et l’arche au dessus de laquelle est affiché le panneau indiquant le nom de restau semble donner sur un mur dans une ruelle étroite. Non vraiment on se demande si on doit toujours faire confiance à notre référence. Finalement après avoir envisagé de ne pas manger nous sommes passées sous le porche et avons découvert plusieurs salles un peu partout dans ce cul de sac, en haut des escaliers, à la cave, sur le pallier. Des indiens côtoient des touristes, l’activité des cuisines que l’on peut observer est tellement intense que nous n’avons plus peur d’une quelconque intoxication alimentaire. On s’attable et nous commandons des délicieux plats que nous ne pourrons même pas finir à cause de mon erreur en oubliant de préciser que nous voulions des « half plate ». Après du poulet et des kababs très épicés et un délicieux dessert nous repartons donc tout sourire d’avoir pu gouter à une cuisine plus du Nord au milieu de ce joyeux bazar.

Commenter cet article