Rencontre avec la vraie Inde: Laver son linge en public et passer l’éponge

Publié le par ind'épendante

Durant ces derniers jours nous avions le spectacle amusant des lavandières, c'est-à-dire des ghâts en face de l’hôtel sur lesquels venaient les indiens pour faire leur toilette en public ou bien nettoyer et essorer leur linge. C’est un spectacle étonnant, mélangeant les couleurs et le son des femmes qui battent le linge pour l’essorer.  Il y en a un peu partout dans la ville d’Udaipur et c’est presque incontournable surtout pour les hôtels comme le notre qui donnent sur le lac.

Les derniers jours c’était aussi l’occasion de rendre les armes et de se réconcilier avec les locaux du tourisme c'est-à-dire avec les vendeurs avec qui nous avons eu de bons rapports durant notre shopping (même si je me suis faite engueuler par un ami pour avoir payé beaucoup trop cher selon lui un sac en cuir) et durant nos négociations. Nous sommes même arrivées à trouver un accord avec les rickshaws: on va d'abord à notre destination, on accepte mon prix et si j’estime que la course valait plus je paye ce que le rick me demandait. Moi ça m’allait. Et je savais que je paierai plus cher mais après tout, comme le disaient si bien ma mère et ma tante ça n’est pas mon argent c’est le leur et si elles se moquent de la différence alors je les écoute.

On finit même par blaguer avec le taxi qui nous conduit jusqu’à l’aéroport et qui nous dit qu’il nous emmène à Mumbai. Tout est bien qui finit bien, avec des sourires et de belles images. On oublierait presque les incidents à Delhi et Bangalore. On en rigole encore mais on préfère parler des merveilleuses rencontres, qui resteront pour nous trois le meilleur de l'aventure. Je pense pouvoir le dire, au delà des paysages, la meilleure partie de ce voyage fut l’échange avec les indiens, qui sont, allez, il faut bien l’admettre malgré mes plaintes, la plupart du temps, généreux et souriants, accueillants et bons. Bien plus que les français, bien plus que les occidentaux. Et c’est ça que j’étais venue chercher et que je voulais par la suite transmettre à ma famille… j’espère que c’est chose faite !

Commenter cet article

fd 31/03/2012 19:39


Mission accomplie