Rencontre avec la vraie Inde : Harcèlement et rédemption

Publié le par ind'épendante

Être en Inde en tant que blanc c’est aussi se faire harceler en permanence pour prendre des photos avec les indiens et les indiennes (enfin surtout les indiens quand on est une fille).

Jaipur n’a pas dérogé à la règle et deux hommes nous ont demandé à ma tante et moi de prendre une photo. Ce qu’on ne savait pas c’est que par la suite (et je ne l’ai remarqué qu’à la fin) ils nous ont suivies dans tout le fort. Continuant à nous parler de temps en temps et faisant exactement la même chose que nous. INSUPPORTABLES ! Nous avons fini par aller au café mais là ! Ils nous suivent encore. Ma mère qui en a marre décide de finalement ne pas s’arrêter (moi perso je ne voulais pas me priver pour deux pauvres types) en descendant donc les escaliers de la sortie nous nous arrêtons car un charmeur de serpent nous fait son numéro (cette fois ci nous sommes en hauteur maman a donc moins peur). Dix minutes plus tard nous voyons les deux lourds sortir bredouilles du café (ils croyaient que nous allions suivre) et ils nous aperçoivent avec le charmeur de serpent. Ils sortent donc espérant sûrement nous voir à la sortie ! Tant mieux pour nous nous pouvons donc finalement nous débarrasser d’eux ET aller prendre notre thé.

P1030334.jpg
Dans le genre cache-cache ça n’était pas le seul épisode de la journée. Après avoir remonté tout le fort en marche arrière pour filmer un peu avant de partir je reviens vers la sortie et là… je trouve ma mère et ma tante cachées derrière une arche, mortes de rire. Elles m’expliquent qu’elles ont pris en photo deux femmes avec des pots sur la tête et que maintenant elles réclament de l’argent à marraine mais qu’elles n’ont pas trouvé maman. Deux gamines dans la cour de récré donc cherchant à se faire petites comme des souris jusqu’à ce que les deux indiennes retournent finalement à leur travail.


La rédemption s’opère elle à la sortie sur le chemin vers le rickshaw. Nous entendons parler d’un temple sur le guide où il y aurait de jolies sculptures. Nous allons donc à sa recherche dans le petit village et tombons dessus très vite. Il est en effet joli mais nous ne passerons pas l’arche d’entrée car nous sommes en retard pour le rickshaw qui nous attend. Cependant nous y faisons la rencontre du prêtre qui discute avec nous en… français ! Et oui ! Il est vraiment accueillant et soucieux de nous mettre à l’aise et il est très fier de nous montrer qu’il parle français, avec un très bon accent. Nous partons en lui souhaitant qu’il puisse aller à Paris en 2013 comme il le souhaite et achevons la journée sur une bonne note avec les indiens.

Commenter cet article