Religiosité : Le pays du spirituel

Publié le par ind'épendante

C’est en vivant en Inde, que l’on comprend pourquoi les habitants de ce pays sont aussi croyants.

 



Croyez moi ou non mais plus d’un athée se convertirait en Inde. Moi-même chrétienne d’éducation, mais qui ne pratique plus depuis un long moment je serai bien capable de m’y remettre dans l’année. Pourquoi ? Parce qu’ici la religion est partout il n’y a pas une rue sans son temple, son idole, il n’y a pas une semaine sans cérémonie religieuse. Du coup, si vous voulez, ne serait ce qu’un peu, vous intégrer, vous essayez aussi de comprendre cette partie là de la culture indienne… et vous finissez par aimer ça. Après tout vénérer un Dieu en faisant la fête pendant une semaine c’est plutôt bien non ?

 

De plus, l’ambiance générale pousse à croire. Je pense que pour vivre dans un pays comme ça on a, à un moment ou à un autre, un besoin profond d’avoir la foi qui surgit : Le besoin de croire en quelque chose qui puisse sauver l’Inde de cette situation. La foi dans ce pays donne l’impression de pouvoir transférer son impuissance sur les épaules d’un être supérieur qui pourrait peut être faire quelque chose.

 

Et puisque ça ne sert à rien de compter sur leur gouvernement, on s’en réfère aux dieux, aux centaines de dieux que l’on prie tous les jours selon que l’on ait besoin d’eau, de sécurité sur la route, de feu etc. Ici il existe un Dieu pour tout et on ne connaît parfois même pas leur nom. On a cependant besoin d’eux pour vivre et pour se sentir sécurisé.

 

Pour en avoir fait l’expérience, ici lorsqu’il « n’y a plus rien » il ne reste que la spiritualité. C’est un peu LA (seule) chose à laquelle on peut se raccrocher. Puisqu’on ne fait confiance à personne (selon les indiens, leur peuple ne pense qu’à se jouer de vous d’une manière ou d’une autre), puisqu’il y a tant de pauvreté que l’on ne peut pas résoudre, puisque des personnes nous manquent, on va espérer que ça aille mieux, et cette espoir on va le reporter sur une idole que l’on va prier.

 

La spiritualité c’est aussi pouvoir se retrouver avec soi même, dans le calme d’un temple ou d’une église, à l’abri des klaxons, du patron, du stress ou des problèmes dans le foyer. C’est juste se concentrer sur sa vie et ses propres attentes dans un espace de sérénité. Le recueillement est un peu comme une pause dans une folle journée, et moi-même parfois j’en ressens le besoin, alors que je n’ai pas mis les pieds depuis des années dans une église en France (à part pour la visiter).

 

Pas étonnant alors que les hippies aient décidés de planter leur tente à Goa, et que les personnes pommées se rendent en Inde, d’une part parce qu’ici il parait que « tout est possible » mais aussi parce qu’au milieu du chaos, l’Inde est aussi un incroyable lieu où l’on est littéralement enveloppé par le religieux et spirituel.

 

    Point culturel du jour : Si vous voyez des sortes de guirlandes de tissus enroulées ou nouées autour du guidon d’un rickshaw, sur le rétro central d’un taxi ou sur les motos sachez que ce sont des tissus bénis par les dieux, ils sont sensés protéger le conducteur de tout accident. A part ça, l’Inde a le plus fort taux d’accident routier au monde… finalement la prudence est déjà un bon porte bonheur

Publié dans Traditions

Commenter cet article