Le TRAIN

Publié le par ind'épendante

Vous avez sûrement du tous voir des images du train en Inde, et je dois avouer que ça n’a rien de faux, oui il est bondé, oui c’est dangereux et pourtant…

 

Comment ça marche : Puisque les indiens de mon travail m’ont tous interdit de prendre le train je demande à Anne, une française expatriée avec son mari de m’expliquer un peu le fonctionnement. Et ça se révèle en fait assez simple. Il faut cependant savoir que même si je suis une fille je suis assez à l’aise dans les métros du monde entier et qu’en général je comprends vite comment ça marche. (Paris, Londres, Lyon, Marseille jusque là pas de problème). A Mumbai le métro qui est en fait un train sans portes et qu’on appelle le « local » est composé de deux lignes différentes : La Western (la ligne principale) et la Central qui dessert plutôt l’Est de Mumbai et la périphérie.  Ces deux lignes parcourent Mumbai du Sud vers le Nord et se joignent à la station Dadar uniquement. Inutile donc de vous dire que Mumbai est une ville orientée Nord/Sud à l’image de son métro et que les mouvements d’Ouest en Est sont très compliqués (autant en rickshaw qu’en métro).

Petit exemple si vous vivez au Nord Ouest (Juhu) et que vous travaillez au Nord Est, il vous faudra descendre jusqu’à Dadar pour pouvoir prendre la bonne ligne de métro et ensuite remonter. Résultat plus d’1h30 de transport dans ces cas là.

Sur le quai : Il y a deux types de train : Les slow qui desservent toutes les stations, et les fast qui ne desservent que les plus grandes. De manière générale sauf exception : Les slow de la western s’arrêtent sur les 2 premiers quais, le quai 1 va du Nord vers le Sud et le quai 2 du sud vers le nord. Les fast s’arrêtent sur les quai 3 et 4, le 3 va du Nord au Sud et le 4 du Sud au Nord. Parfois ça varie mais en général c’est toujours comme ça. Dans tous les cas vous avez des panneaux d’affichages à coté (en l’air dans l’allée centrale) de chaque escalier qui descend au quai. Ce panneau au début indéchiffabre indique en fait les trains

La lettre désigne la destination finale (C pour Churchgate, A pour Andheri, Bo pour Borivali…), puis il y a l’heure à laquelle il arrive, puis 12 ou 9 qui correspond au nombre de wagon et enfin F ou S pour vous dire si c’est un fast ou un slow. Avec tout ceci difficile de se tromper de train… Et pourtant si vous êtes comme moi un peu distraite vous pouvez encore faire la grave erreur de croire que les noms de stations écrites sur le grand panneau au dessus de vous son les stations desservies par le train qui arrive… alors qu’il est pourtant bien écrit juste au dessus « Station non desservies ». Pas d’inquiétude je me suis retrouvée à Goregaon, j’ai attendu que le train s'arrête et je suis restée dedans puisqu'il repartait en sens inverse et cette fois ci desservait mon arrêt.

Acheter les billets :

Il y a à l’entrée de chaque gare un booking office où il faut faire la queue jusqu’à arriver au guichet. Vous demandez ensuite un billet en leur donnant le nom de votre destination et la classe (1ère ou 2ème classe). Personnellement je prends la deuxième et je trouve que la 1ère classe est de toute manière aussi bondée en heure de pointe. Prévoyez la monnaie, les billets étant en général à quelques roupies (6roupies pour faire Bandra/Churchgate, 4 roupies pour faire Bandra/Andheri alors que ça me coûte 100rps en rickshaw).

Les wagons femmes P1060604.JPG: Comme je vous l’avez dit dans un article précédent, les femmes ont des wagons réservés ce qui permet d’éviter de se faire tripoter par ces messieurs lors des heures de pointe. Cependant cela n’en fait pas un wagon moins bondé, et encore moins, moins violent. En effet les femmes se battent comme des sauvages pour entrer dans le wagon ne vous laissant même pas en descendre. Il faut donc faire une sorte d’attaque boulet de canon en vous alliant aux indiennes qui veulent descendre afin de pouvoir sortir avant que la horde ne rentre. (Ou bien vous sautez du wagon tant qu’il est encore en marche mais c’est une pratique réservée aux experts indiens). Une fois descendue vous pouvez alors rigoler de l’agressivité des filles (les garçons ne vous inquiétez pas vous y avez aussi droit dans vos wagons) on dirait alors un troupeau d’animaux qui se jette tous en même temps vers le même endroit. Parfois même elles s’entrechoquent les faisant retomber dans des directions opposées. Une fois la cohue passée, le train est souvent… toujours sur le quai. Car il s’arrête assez longtemps pour laisser entrer tout ce petit monde, qui s’est donc battue non pas de peur de rater le train (qui de toute façon passe toutes les 5minutes) mais seulement pour avoir une place assise. Enfin bon, il n’y a donc pas qu’à Sciences Po Aix que l’on piétine des gens pour pouvoir avoir son moyen de transport.

Le danger rode : Cependant, ne pensez pas que le train reste toujours assez longtemps en gare. Parfois il ne s’arrête que très peu. Comme la première fois où je l’ai pris. Si cela vous arrive ne faites pas comme moi, NON vous n’êtes pas un indien, NON vous n’êtes pas né avec ça dans le sang et ce n’est pas parce que vous avez vu dans pleins de films des gens attraper le train en marche que vous en êtes capables. Personnellement je me suis sentie obligée d’entreP1060577.JPGr dans le wagon mes amies françaises y étant déjà, j’ai donc agrippé la barre en fer pour monter dans le wagon qui commencé à avancer doucement (rien de dangereux donc) sauf que je tenais mon ordinateur dans mon autre main et que la rame a accéléré. J’ai donc perdu l’équilibre et n’ai pas pu attraper une autre barre de ma main occupée par mon ordinateur et ai failli tomber du wagon. Plus de peur que de mal puisque mes amies m’ont attrapé et attirée dans le wagon, où je me suis prise un sacré savon par une indienne en me disant que la prochaine fois il vaudrait mieux que je reste sur le quai (oui c’est bon leçon retenue !)

Prendre le métro de nuit : Et bien si vous pensez que cela fait peur, pas du tout. C’est même mon moment préféré pour prendre le local étant donné qu’il est presque vide et qu’il ne faut donc plus se battre pour descendre et monter. Il n’y a qu’à attendre le nom de son arrêt et se laisser bercer par le mouvement de la rame qui vous balance de droite à gauche.

En sortant de la station: avoir un rickshaw : Le seul problème avec le métro c’est qu’il n’est pas assez développé pour n’avoir qu’à marcher par la suite. Il faut donc trouver un rickshaw à la sortie. Ce que je ne savais pas la première fois en sortant de la gare à Bandra à … 23h30, (soit une heure où même en connaissant le chemin vous n’avait pas envie de marcher 30minutes) c’est qu’il existe une sorte d’accord tacite entre les rick pour établir un seul et unique tarif selon la destination. Et pour Mount mary depuis Bandra l’accord établit 50roupies de jour et 100roupies de nuit (surtout que c’était le dernier jour du Bandra Fair) alors que le prix original est de 20roupies. Comme je n’étais pas au courant je refuse la négociation du rickshaw en me disant qu’il est fou. Sauf que impossible d’en trouver un autre qui veuille actionner le meter. Et là, un indien surgit de nulle part et me fait signe de le rejoindre « Hey Mount Mary, come here ». Puisque dans ce pays il est bon de faire confiance (et que ça n’est pas dangereux) je monte avec lui. Je comprends alors qu’il a négocié le rick pour nous deux, il le déposera d’abord et ensuite moi et il a payé 100roupies ce qui fait que je n’ai plus rien à payer. En descendant il me donne son numéro au cas où j’ai un problème (ce qui fut le cas puisque le rick m’a amené du mauvais coté de l’église mais d’autre garçons m’ont reconduit jusqu’à chez moi), cruelle erreur de ma part en rentrant… lui envoyer un texto pour le remercier… maintenant il a mon numéro et il m’envoie des textos tous les jours…
P1060588.JPG

Prendre le métro au quotidien : Acheter un abonnement ça vous reviendra bien moins cher et surtout ça vous évitera 10minutes à 20minutes de queue tous les jours. N’oubliez pas qu’aux heures de boulot le train est bondé dans le sens Nord Sud le matin et Sud Nord le soir et qu’il est très difficile parfois de pouvoir entrer dans le wagon à moins de savoir s’agripper au wagon et d’y rester agrippé pendant tout le voyage (ce qui est très, très dangereux)

Point culturel du jour : Il y a environ 10 morts tous les jours à cause du métro, la plupart du temps ces morts sont du à l’imprudence des indiens (marcher sur la voie, s’accrocher au train à l’extérieur, être trop près des ouvertures : il n’y a pas de portes…)

Publié dans Moyens de transport

Commenter cet article

jonathan 08/10/2011 17:52



Excellent article, j'avais l'impression d'y être, j'ai bien ri en te lisant, ça me donne envie d'essayer le métro
mumbai !



RobinNZ 29/09/2011 14:55



Caroline, assez confiante en la nature humaine pour croire qu'un homme qui lui paye son moyen de transport et lui donne son numéro "en cas de problème" n'a aucune arrière-pensée...



ind'épendante 30/09/2011 07:40



C'est déjà arrivé que l'on m'aide très gentiment sans prendre mon numéro ou quoi que ce soit juste merci aurevoir (c'est l'Inde) et je dois avouer que j'ai pris son numéro :p (parce qu'il avait
l'air sympa) GRAAAVE ERREUR. Il est a noté qu'il ne m'envoie plus du tout de texto depuis le jour où je lui ai dit qu'on pouvait se rencontrer (ils sont vraiment bizarre ces indiens)